mardi 8 septembre 2009





Mort tragique du Dr ZANTOKO, père de Kamini

et du Dr BDILA, chirurgien

(par Nzunga Mbadi)

Les médecins Seyolo Zantoko et Norbert Badila sont décédés dimanche, 30 août 2009, à 21h30, à Voyenne (France/Aisne 02), dans un accident de circulation sur la RN2. Selon les propos d'un enquêteur, rapportés par le quotidien L'union du 01/09/09, ? dans un virage, la Toyota Corolla du Dr Zantoko, aurait heurté l'arrière de l'ambulance des sapeurs-pompiers de Marle, serait parti en crabe, puis se serait immobilisée sur la chaussée. L'adjudant Michel Liaigre, au volant de la Renault Clio de la gendarmerie, qui suivait la fourgonnette des pompiers, aurait pilé, mais n'a pu évité le choc d'une terrible violence.

Les deux médecins sis à l'avant, le conducteur, Seyolo Zantoko et le passager, Norbert Badila, meurent sur le coup. désincarcérée de l'arrière du véhicule, gravement blessée et admise, dans un état critique, au service des soins intensifs de l'Hôpital de Laon, la co

mpagne du Dr Badila, Bernadette Mangelo, amorce le retour à la vie. Le gendarme, conducteur de la Clio, grièvement blessé aux clavicules et aux côtes, est aussi hospitalisé à Laon, sa vie ne serait pas en danger. ?

Les deux victimes de ce drame sont originaires du Congo, âgés tous les deux de 69 ans: Le Dr Seyolo Zantoko est né à Mbiongo, (près de Luozi,district des Cataractes, dans le Bas-Congo). Il est le père de huit enfants dont le Chanteur Kamini, auteur du tube « Marly-Gomont ». Zantoko est aussi le gendre du sénateur Esaï Kuyena Fuawatondo et beau-frère du griot Kuyena Muzita. Le Dr Norbert Badila naquit à Manga, (près de Kisantu, district de la Lukaya, dans le Bas-Congo.

Ces toubibs viennent de vivre un destin proche: A sa naissance, la mère de Zantoko meurt en couche et le laisse ainsi orphelin de ses deux parents. Le père de Badila décède alors que son fils n'est encore qu'un petit garçon. Chacun de deux amis avait été élevé par son frère aîné. Cela explique peut-être leur amour du prochain, quelle que soit sa condition sociale. Tous les deux sont diplômés de l'Ecole AMI (Ecole des Assistants Médicaux Indigènes du Congo. Ils sont arrivés ensemble en France, en 1965, pour compléter leur formation de médecin. Tous les deux ont obtenu leur diplôme de médecine dans le Nord de la France: Zantoko, à la faculté de médecine de Lille et Badila, à celle d'Amiens.

Ayant exercé une bonne partie de leur carrière dans le Nord de la France, ayant élevé leurs enfants dans cette région, et enfin les gens du Nord les ayant bien adoptés, nous pouvons dire que nous rendons aujourd'hui hommage à deux amis ch'ti. Là s'arrête le parallèle. Comme ont dit, dans une même famille chaque enfant a son caractère propre.

Ancien élève des Frères des écoles chrétiennes, Zantoko obtient son bac à la Colonie scolaire de Boma. Lycéen, il jouait de la guitare et avait même intégré l'orchestre de Boma, Le Grand Miki. Personne ne pouvez s'imaginer qu'un jeune homme qui faisait de la musique dans les bars-dancings pouvait devenir plus tard médecin... Comment s'étonner qu'un de ses enfants ait la musique dans les veines, en pensant à « Marly-Gomont », la chanson de Kamini, qui a fait connaître ce coin de France au monde entier?

Seyolo Zantoko était un travailleur consciencieux et infatigable et surtout disponible et proche de ses malades. C'était le type même du médecin de campagne qui gérait non seulement les problèmes de santé, mais qui parlait aussi, simplement, avec ses patients, de petits soucis du quotidien. Pour nous ses amis, Seyolo Zantoko était ouvert et cultivé, un bon débatteur, mais respectueux de l'opinion d'autrui, toujours prêt à demander l'avis de la personne qui maîtrise mieux le sujet de discussion. Il a souvent poussé ceux qu'il côtoyait à l'excellence, dans tous les domaine. Pour nous, il était plus qu'un ami , il reste un frère. Nous gardons de lui l'image d'un homme gai et facile à vivre. Seyolo Zantoko nous ne t'oublierons pas.


Dr Norbert Badila

Un coopérant au service de l'Afrique

Norbert Badila décroche son doctorat de médecine à l'université d'Amiens où il obtient aussi son certificat de Chirurgie générale. Il pratique sa chirurgie successivement au CHU d'Amiens, au Centre Hospitalier de Guise et à l'hôpital de Fourmis, dans l'Aisne, puis au Centre Hospitalier de Wassy dans la Haute Marne et enfin au Centre Hospitalier de Sainte Ménéhould dans la Marne.

Voulant venir en aide aux peuples d'Afrique, le Dr Badila est détaché auprès du Ministère de la Coopération Technique qui l'affecte au Cameroun, d'abord à l'hôpital de Limbe, ensuite à l'hôpital de Bertoua. Au Sénégal, ce sont les patients de l'hôpital de Tambakunda, puis ceux de Zinguinchor qui bénéficie de ses services. C'est à l'hôpital de référence de N'Djamena, au Tchad qu'il termine sa mission de Coopération en Afrique.


Revenu en France, le Dr Badila s'est converti dans le privé. Il a ouvert son cabinet, d'abord à Liesse, puis à Etreaupont, dans l'Aisne, en 2003 où il a exercé très peu de temps, avant de tenter sa chance à Sarcelles, dans le Va d'Oise. Retraité, depuis 2005, le Dr Badila s'est limité à faire des remplacements pour s'occuper. Le Dr Badila fait partie de ceux dont on peut dire qu'ils sont fidèles en amitié. Il restera longtemps dans nos mémoires.

Les funérailles de deux médecins ont eu lieu samedi, 05 septembre 2009. A la demande de la communauté catholique, une cérémonie de prières présidée par l'abbé Ridders a eu lieu, à10h, à l'église du Nouvion, en hommage aux deux médecins. A 11h, environ six cents personnes ont accompagné le corps de Zantoko au cimetière du Nouvion où comme ami, j'ai retracé la vie du Dr Zantoko, cet homme à l'esprit ouvert et très curieux de tout, qui a su se faire accepté en Thiérache

et qui a compris que la guérison dépend aussi de la psychologie. Jean-Pierre Balligand, député de l'Aisne, depuis le 21 juin 1981, a qualifié Zantoko de sorte de « médecin des âmes. »Ce député socialiste a demandé que la lumière soit faite sur cet accident qui concerne les véhicules des pompiers, de la gendarmerie et du Dr Zantoko. Gérald Neuville, ancien maire du Nouvion, a souligné « qu'il n'y a jamais eu autant de monde au cimetière du Nouvion ». Preuve de l'immense « désarroi » dans lequel la population a été plongée, en apprenant ces décès. Kamini a insisté sur la sagesse et la générosité de leur père.

A la demande de la famille Badila, à 15h, une messe de requiem a été célébrée pour le Dr Badila

à l'église d'Etreaupont. Les prières et les chants se sont dits ou chantés en français et en lingala

par un prêtre européen qui a vécu 15 ans à Kisangani et à Kinshasa, au Congo. Au cimetière d'Etreaupont où repose le Dr Badila, j'ai relevé le grand c?ur du Dr Badila qui a tenu a consacré les

meilleures années de sa carrières de chirurgien à opérer des patients en Afrique, notamment au Cameroun, au Sénégal et au Tchad, dans le cadre de la coopération française. Le Dr Théophile Lusakueno, venu spécialement du Congo pour la circonstance, a exprimé la douleur qu'a suscité, au pays, la perte brutale de ces deux médecins. Il a également mis en évidence la fidélité en amitié qu'entretenait le Dr Norbert Badila partout où il est passé. Ses enfants, Guy, Denise, Pauline et Gladys, ont rappelé leur amour profond pour leur papa et leur volonté de perpétuer son souvenir.

La disparition tragique du Dr Seyolo Zantoko et du Dr Norbert Badila laisse un vide dans le paysage de l'Aisne. Leur départ inattendu dans le monde des ancêtres nous a donné un choc terrible qui ne s'amortira qu'en continuant à entretenir l'amitié qui nous lie et ceci paraît important surtout pour vous les jeunes. L'union fait la force, à condition qu'elle se fasse dans l'amitié. Suivons l'exemple de Dr Zantoko et de Dr Badila qui ont su tisser une amitié durable.

Nzunga Mbadi

5 commentaires:

  1. bonjour monsieur Nzunga Mbadi;
    je m'appelle Christian et je dois dire que je connais le docteur ZANTOKO depuis environ 20 ans et j'ai habité en mitoyenneté avec lui 13 années au nouvion en thièrache , qui m'ont permis au fil du temps d'appréhender le personnage;Aujourd'hui j'ai 44 ans et je pense avoir assez de recul sur la vie pour affirmer sans retenue que c'est l'homme le plus extraordinaire qu'il m'ait été donné de rencontrer et sa disparition brutale est indéfinissable tant elle s'accompagne de désarroi et d'injustice ;le docteur Zantoko ne se décrit pas en quelques mots ,il se vit et ceux qui ont vécu quelques instants à ses cotés savent de quoi je parle ;cet homme possédait un instinct presque surnaturel pour appréhender le caractère d'une personne et aussitôt mettait sa sagacité au service de celle ci.
    ses patients étaient ses amis ,au véritable sens du terme ,car il allait vers eux indéfiniment ,sans relâche au prix d'une fatigue presque chronique ,il était le médecin des coeurs ,des âmes ,des corps ,trés fin diagnostiqueur ,ma femme qui était sa secrétaire en était souvent bluffée ;que dire d'autre si ce n'est que je n'oublierai jamais ce petit homme au grand coeur qui m'a fait de venir meilleur comme tout ceux qui l'ont croisé
    merci pour l'hommage que vous lui avez rendu
    amitiés

    RépondreSupprimer
  2. norbert mon ami et voisin,jamais je t'oublirais
    ton jardin est triste,plus personne ,mon voisin Norbert pour me parler, assis sur ta chaise le long du mur ,pour contempler les arbres que tu as planté avec amour pour te donner les meilleurs fruits,plus personne pour les cueillir,Norbert mon voisin je suis triste,bientot je vais partir ,vers un autre continent,avec mes pensées ,je t'invite dans mon voyage afin de jamais t'oublier. jf

    RépondreSupprimer
  3. Que Les Ancêtres et Dieu vous protège ....Quelle histoire et inspiration !
    Que Vive Le Docteur Seyolo Zantoko !
    Que Vive Le Docteur Norbert Badila !
    Que Vive Les Orphelins !
    Que Vive L'Humanité !

    Yohe Mbuyu

    RépondreSupprimer
  4. Vi la pelicula en su honor y lei su historia. Un ejemplo de ser humano, un hombre de Dios al servicio de sus hermanos.

    RépondreSupprimer

Identifies-toi